Catégories
Spiritualité

Destockage de chagrins

Quand je parlais de vagues de tristesse et de chagrin, dans un précédent article, je ne pensais pas que j’en avais encore autant à nettoyer.

Ils viennent de mon passé dans cette , je peux aisément en reconnaître la provenance.

Je suis allé jeudi soir au Darshan pour la troisième fois. Pour l’anecdote, n’a pas souhaité croiser mon regard. C’est pas un problème pour moi. J’étais à genoux devant elle alors qu’elle avait quelqu’un dans ses bras. Elle discutait avec d’autres personnes, ce qui m’a permis de rester près d’elle un petit moment. J’ai bien senti que mine de rien elle scrutait mes profondeurs. Avant le Darshan je lui avais demandé, par la pensée, de s’occuper d’une tension gênante que je traîne depuis quatre ans sans réussir à la complètement.

Après le Darshan, je suis allé chanter les bhajans jusqu’à la fin du Darshan. Je sentais bien une petite nausée apparaître et je me disais que peut être, je ne digérais pas bien les quelques pâtes que j’avais prises en guise de repas deux heures plus tôt.

De retour dans ma chambre, une forte envie de vomir me tiraillait. Hélas je n’avais rien dans l’estomac. J’ai passé la nuit avec ce dégoût et cette envie de vomir. De plus mon transpirait à grosses gouttes et mon lit ressemblait à une piscine. Je m’excuse pour les détails pas très appétissants mais vraiment ça ne sentait pas bon du tout. Au petit matin, je suis allé réciter les noms de la mère divine dans le temple. Ensuite sur la plage. C’est à ce moment que la nausée a disparu avec des vagues de chagrin et de tristesse qui n’en finissaient pas.

Tout ça pour dire que nos mémoires ne partent pas si facilement que ça. Elles sont inscrites dans le corps comme gravées dans la pierre.

Ce n’est pas en changeant ses idées qu’on se change. Un véritable passe immanquablement par le du corps physique. Je ne peux pas vous raconter tout ce qui m’est arrivé en trente ans de cheminement (mais comme le suggère Marie dans son commentaire, ça peut faire l’objet d’un prochain livre). La transpiration a permis d’éliminer des toxines qui sont le substrat de mes chagrins. Je n’ai jamais lu dans les livres ce que j’ai pu vivre. Je ne comprends pas pourquoi on parle toujours du nirvana, de la lumière, de la joie de l’ et que personne ne parle de toutes ces aventures bien souvent pénibles que l’on traverse sur le . Je n’ai pas besoin de faire une cure Ayurvédique de détoxication. La mère s’en charge. C’est incroyable tout ce que j’ai pu éliminer comme toxiques tout au long de mon . Je reconnais que j’en avais avalé pas mal mais ils ne faisaient que correspondre à mes tendances perverses.

L’ et la précision de l’action de la Shakti (Mère Divine incarnée) sont extraordinaires. Tout est fait avec la précision de l’horloger. Les choses sont faites au bon moment, quand c’est nécessaire. Tout arrive naturellement. Je n’ai jamais cherché à changer quoi que ce soit en moi. Je me suis contenté d’apercevoir ce que la vie me montre. Muni de ces informations, j’essaye du mieux que je peux de vivre au plus près de ce qui me semble juste. J’essaye de prendre le virage à la corde mais je ne cherche pas à couper le virage. La violence ne me convient pas.

Plus l’Être prend de la place et plus il me révèle ma égotique et la transmute.

Vendredi matin.

La méditation est fabuleuse. Les voiles de chagrin se sont levés, je me sens purifié, allégé, désencombré. La méditation me mène à la de la vie, à la de la joie. J’ai même ouvert les yeux pour savoir si c’était le soleil ou mon intériorité qui m’éblouissait. Il faisait encore bien sombre dehors.

Plus les tensions, les cristallisations inscrites dans le corps disparaissent et plus le corps disparaît dans la méditation, il devient perméable, le dedans et le dehors semblent être un seul espace d’une beauté indescriptible.

Merci la vie, merci mon Guru bien aimée.

En route vers de nouvelles aventures.

Une réponse sur « Destockage de chagrins »

Merci Gérard,

Encore un article qui me permets de comprendre mes passages à “vides” comme je les appelle, mais pas si vide que cela nausées, angoisse, sommeil
perturbé…

Oui je me rassure, le chemin vers l’éveil, n’est pas de tout repos, une alternance de moment très agréables et rudes s’enchainent…

Je me suis intéressée à la psychogenealogie mais en surface seulement. Ce qui m’a permis de faire des liens très fort sur les schémas répétitifs familiaux qui
me guidaient, la méthode ho’oponopono a réglé de nombreux blocages et non sans mal, ce qui me satisfait en tant que mère c’est que mes filles en sont
libérées mais je suis vigilente et à l’écoute de ce qui m’entoure sans tomber dans le contrôle ou plutôt en oubliant le contrôle qui a contrôlé ma vie de
nombreuses années…

Et effectivement pour rebondir sur ce que tu disais dans ton article, mon corps a changé également, comme si ces transformations intérieures s’inscrivaient
dans notre corps qui devient de ce fait libéré de toutes ces charges émotionnelles, et, en phase avec nous. l’alliance corps, cœur, esprit et âme dans un parfait
équilibre.

A bientôt, merci de partager tes expériences avec nous, quel enrichissement!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *