Catégories
Spiritualité

En voyant toute la population qui est à l’Ashram

En voyant toute la population qui est à l’Ashram, on ne peut que constater qu’ accueille tout le monde sans aucune discrimination. L’élitisme n’a pas sa place et si tu crois être une personne plus importante que les autres, la ici ne manquera sûrement pas de te prouver le contraire. C’est donc un enseignement direct qui invite à l’humilité, sentiment essentiel à la Spirituelle.

Au passage, j’en profite pour préciser la différence entre humilité et modestie. La modestie consiste à se diminuer, à minimiser la propre valeur ouvertement ou non aux yeux des autres. On évitera en ce sens d’accepter les compliments, les récompenses. Quelle que soit la raison de ce , c’est une manifestation égotique. L’ se donne une importance en refusant d’accepter la gratification qu’il reçoit du monde. La modestie étant considérée comme une valeur, il se donne de la valeur. Par contre l’humilité consiste à avoir une conscience aiguisée de ses capacités, de sa , les reconnaître et les accepter sans en tirer la moindre fierté. L’humilité répond à ce fameux “ainsi soit-il” qui peut être entendu comme un “ainsi je suis”. L’acceptation du sans effort, par , est une valeur Spirituelle.

Pour en revenir à cette diversité de population, je me disais en observant toutes ces personnes que la initiale pour démarrer une démarche Spirituelle consciente et volontaire n’a que peu d’importance. Chacun commence avec ce qu’il est, avec qui il est. Le principal étant de s’approcher de la pour pouvoir être touché. N’est-ce pas en s’approchant de la flamme que l’on peut en ressentir la douce chaleur ?

Le Guru répondra à cette première ou “énième” approche avec la justesse du présent. Chacun recevra ce qui lui est nécessaire pour poursuivre son . L’un sera comblé de reconnaissance, de cadeaux, l’autre ne sera même pas regardé. L’un ressentira un tsunami d’ et l’autre rien du tout. C’est extraordinaire de contempler Amma donnant son Darshan. Son expression change à chaque nouvelle personne avec une rapidité incroyable. Chacun recevant ce dont il a besoin pour poursuivre son évolution Spirituelle. La vie elle-même est une évolution Spirituelle qu’on le veuille ou non, qu’on en soit conscient ou non. Bien souvent c’est au travers des événements de la vie ou des circonstances que le Guru s’exprime.

Par la suite, nous sommes tous guidés sur le même chemin. Chacun le vit en fonction de sa propre vision du monde mais nous passons tous par les mêmes étapes. Nous avons les mêmes obstacles à . L’ego se manifeste de différentes façons mais les racines sont les mêmes chez tout le monde. Seules les feuilles de l’arbre diffèrent mais les racines sont les mêmes.

De tout ceci je dirais qu’il est inutile de se comparer à qui que ce soit et encore moins de tenter d’imiter qui que ce soit. L’envie et la jalousie n’ont donc aucune raison d’être, pas plus que les notions d’infériorité et de supériorité.

Sur le chemin chacun devrait faire ce qui lui semble juste en relation avec les valeurs Spirituelles promues par le Guru, se faire confiance, croire en la bienveillance permanente du Guru et de la vie.

3 réponses sur « En voyant toute la population qui est à l’Ashram »

Humilité et Modestie

Bonjour Gérard,

Chacun de vos textes me font penser à un diamant. Chaque mot, chaque espace, chaque virgule, chaque point forment un ensemble d’une beauté rare. Rare du fait que ce que vous écrivez, je ne le vois pratiquement nul par ailleurs. A l’instar de ces pierres précieuses, vos écrits laissent l’impression qu’ils se sont façonnés étape après étape dans la dureté de la pierre, dans le fin fond de votre âme. Après un minutieux travail d’extraction, vous semblez nous les présenter avec délicatesse afin qu’ils puissent éclairer, illuminer de toute leur splendeur nos chemins tortueux. Alors merci.

Suite à cette longue introduction qui n’a rien à voir avec le titre

L’humilité et la modestie.

Je suis désolé, c’est venu tout seul alors je l’ai écrit….je voulais revenir sur un point.

Je vais commencer par un exemple concret pour que vous compreniez mes interrogations. Si vous êtes sur la plage, bercé par le clapotis des vagues, prenez un grand bol de thé pour ne pas vous endormir…hi hi hi..j’essaierai d’être concis tout de même…hi hi hi..

Récemment, juste après notre dernière rencontre, je devais assister à une réunion de travail dans le quartier de la Madeleine à Paris. En arrivant sur place, j’étais super. Pour traduire ce que je ressentais mentalement, je peux écrire ceci: “Je ne pense à rien, qu’à être bien. Je suis rien, je suis bien.” Tout était clair et simple. J’étais moi. Comme vous le savez le quartier de La Madeleine est l’un des plus huppés de Paris. Je regardais tous ces gens autour de moi qui marchaient dans la rue. Je les regardais sans les juger. Je remarquais simplement, que pour la majorité, ils étaient très bien habillés et semblaient heureux. “Si les gens sont heureux, tant mieux”. Puis soudain, au bout d’une rue, je vis une dame assise sur une bouche de métro avec à ses côtés son toutou et ses sacs. Tous les deux étaient là pour profiter de la chaleur de cette bouche de métro afin de se protéger du froid. J’allai immédiatement à la rencontre de cette femme, parlai avec elle, lui demandant comment elle allait. Puis, lui donna quelques sous, 1 ou 2 euros, ce que j’avais sur moi. J’ai toujours donné aux gens en difficulté. Dés que je peux, je donne. Je n’attends rien en retour. J’ai de l’argent sur moi, je ne suis pas en difficulté, donc je donne. Je me fou complétement que mon geste soit beau ou pas. Je fais ce que ma nature me dis et c’est tout. J’aide le mieux que je peux les gens dans la misère et ce, depuis que je suis jeune. Revenons à mon histoire. En disant au revoir à cette femme, je vois les gens qui semblaient si heureux dans la rue, éviter cette pauvre dame tout en grimaçant. Je me suis interrogé, puis j’ai pensé que leur vision du bonheur n’est pas la même que la mienne. Et j’écrivis ces quelques mots sur Facebook. “Le bonheur, c est vivre en parfaite osmose avec sa propre nature retrouvée, vivre au présent après avoir purifié son esprit et son cœur. Mais c est aussi savoir le partager en soutenant, par un simple sourire ou peut être un geste, ceux qui n ont que très peu d instants heureux.” J’ai écrit ces mots simplement, comme si je lançais une bouteille à la mer. Une amie, Sophie, me demanda si je connaissais la personne qui avait écrit ce petit texte qu’elle trouvait beau. Je lui répondis que c’était moi et rien de plus. Ensuite, elle me dit “Tu es doué” et je lui ai répondu “Mais non, mais non”. J’ai répondu “mais non mais non” en toute humilité. Selon moi, ce que je venais d’écrire était normal. Je sais pertinemment que je ne suis pas un écrivain, que j’ai des lacunes en français. Donc je ne suis pas doué. D’autres personnes, avant moi, ont écrit des choses bien plus belles. D’autres personnes, avant moi, ont fait des choses bien plus belles. En répondant “mais mais non”, je ne cherche pas à gonfler mon égo par une quelconque fausse modestie. De plus, le fond du sujet de mon écrit ne m’incitait absolument pas à faire le beau. J’ai toujours été ainsi. Je fais les choses sans objectif, hormis pour certaines compétitions sportives où le but est de gagner. Donc, lorsque l’on me félicite, parfois je n’accepte pas les fleurs que l’on me lance, car j’estime qu’il y a meilleur que moi ou que ce n’est pas le moment de se faire encenser.

Alors mes questions sont les suivantes : Est ce que je dois répondre coute que coute à qui que ce soit par la positive lorsque je suis félicité afin de faire preuve d’humilité? L’humilité n’est elle pas la cousine germaine de l’auto satisfaction? Est-ce qu’une tiers personne à la possibilité de vous juger en tant que personne humble ou modeste?

Bonne fin de séjour Gérard et désolé pour la longueur du texte.

Bien cordialement

Olivier le blogueur de blog…hi hi hi

RE:Humilité et Modestie

Bonjour Olivier

Je te remercie pour ton commentaire et pour les compliments que tu m’adresses.

Par la phrase précédente, je réponds à ton questionnement.

Le premier paragraphe est un magnifique compliment. Je l’accueille. J’accueille surtout la beauté de ton coeur et l’innocence avec laquelle tu l’as écrit. Et je t’en remercie.

Je pourrais dire mais non mais non, tu en fais trop ou quelque chose comme ça et je serais dans la modestie.

Par tes compliments, je ne m’attribue pas une valeur particulière. Je ne me prends pas pour ceci ou cela. Je suis content que tu apprécies mes écrits et qu’ils t’apportent de l’eau à ton moulin. Que tes compliments soient mérités ou non n’a aucune importance. Ce serait pareil si tu en faisais une critique acerbe. J’accueillerais ton intention et l’énergie que tu mets dans les mots. Ma réponse est fonction de l’intention.

L’humilité permet d’accueillir le présent et de rester dans une équanimité teintée de contentement. Ce qui ne n’empêche pas d’avoir de vives réactions, chargées de puissance quand cela est nécessaire. C’est pas facile de conjuguer tout ça pour être disponible au présent qui nous demande et nous propose une adéquation entre le sujet et le monde.

Ce qui m’a toujours étonné et continue de m’étonner dans cette voie Spirituelle, c’est l’absence totale de “politiquement correct”. Il y a bien des recommandations générales sur la “bonne conduite” pour respecter le Dharma (voie juste qui mène à l’accomplissement) mais je ne conçois pas de me référer en permanence à un ouvrage qui me donnerait la bonne réponse théorique. Chaque instant est porteur de la bonne réponse. Il n’y a pas deux instants pareils. il n’y a pas deux personnes pareilles.

Je résumerai l’humilité en disant que c’est reconnaître sa propre nature, l’accepter, l’accueillir sans y adjoindre une notion de valeur hiérarchique, sans se comparer.

On peut essayer de s’en approcher en faisant attention à nos comportements. C’est presque une opposition de dire je veux être humble. Car le “je veux” est égotique et l’humilité est une valeur naturelle, Spirituelle. On le devient, simplement, en suivant un chemin Spirituel valide. Pas simple tout ça n’est-ce pas. Ce n’est donc pas la peine de se creuser la cervelle et de couper les cheveux en quatre. Avec notre raison discursive et logique on attrape juste la migraine. Mettons nous en route avec joie et enthousiasme et advienne ce qui doit advenir.

Belle journée à toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *